Un bivouac de rêve

C’est à l’issue d’un inoubliable trek de plusieurs jours effectué dans le parc national du Mercantour courant Juillet 2015 qu’il m’a été difficile de revenir finalement sur le plancher des vaches. L’idée de ne plus remettre naturellement mon sac à dos et partir à l’aventure le matin jusqu’au soir m’était insupportable. Se laisser guider par ses envies, le tout rythmé par aucune montre, mais seulement par la course du soleil est un sentiment de liberté qui n’a pas, je vous l’assure, pas de prix.

17 juillet 2015, la météo ne semble pas annoncer de tempête de ciel bleu. Julie et moi souhaitons faire découvrir notre belle vallée de l’Ubaye à nos deux cousins Stéphanois, Pierre et Ophélie, amateurs de belle randonnées pédestres. La couleur est annoncée : nous partons bivouaquer dans un des plus beaux vallons, situé en haute vallée, à 1910m, du côté de Maljasset dans le vallon de Maurin.

La météo est propice à la marche ce matin là tandis que nous décidions de partir dans le vallon de Mary, haut lieu de nombreuses randonnées en période estivale. Comme la météo annoncée semble inquiétante, nous ne croiserons quasiment personne sur le sentier : et c’est tant mieux! S’accaparer ce coin de paradis pour nous est un grand privilège et le moyen de déconnecter avec ce qui nous semble être familier  : la foule.

Après quelques heures de marche, nous posons le campement sur les rives d’un des lacs du Roure. Les ambiances commencent à venir et mon oeil reste rivé sur les sommets. Pierre et moi partons tous les deux à l’assaut du col de Roure. Plus nous avalons les dénivelés, plus l’ambiance devient électrique : le ciel devient ténébreux, la température chute, l’orage n’est plus très loin : nous n’abandons pas. Julie et Ophélie nous signalent à la radio que le temps est toujours clément au campement. Je le sens au plus profond de moi même : nous allons vivre des ambiances absolument fantastiques.

Arrivés au col de Roure (2880m), la récompense est de taille. Toutes les couleurs minérales des diverses roches sont sublimées par l’ambiance. Pierre se tourne vers moi et me dit cette phrase que je n’oublierai jamais : « alors c’est ça que tu viens chercher en montagne Fabien? Je comprends mieux à présent!

 

FDV_ROURE_3

 

FDV_ROURE_5

 

FDV_ROURE_4

 

FDV_ROURE_2

 

FDV_ROURE_1

 

 

 

Fabien Écrit par :

9 commentaires

  1. Sylviane Joly
    21 juin 2016
    Répondre

    Sublimes photos. Merci de nous offrir ces instants où les éléments viennent danser avec la terre. Belle émotion.

  2. Très belles photos. La chance aussi pour cette lumière fantastique, il en faut un peu en plus du talent de photographe !

  3. Quel voyage !!Que d’heures passées pour arriver à capter cette sublime lumière.!
    Bravo l’artiste.Quel talent

  4. Vanessa Fleischer
    20 mars 2016
    Répondre

    Sublime !!!!

  5. monique
    20 mars 2016
    Répondre

    Fantastique tant par le récit que par les photos. Merci Fabien.

  6. Dauvergne Jérôme
    20 mars 2016
    Répondre

    Superbe !!

  7. Claire Brenu
    20 mars 2016
    Répondre

    Merci pour ces photos !
    Je suis restée scotchée devant chacune, presque les larmes aux yeux devant tant de beauté forte et silencieuse…
    Rien d’autre à dire, ce serait des mots idiots.

  8. Jean Michel Van Der Hasselt
    20 mars 2016
    Répondre

    C’est magique, époustouflant, merci pour le partage de ces images!

  9. 17 mars 2016
    Répondre

    Fabuleux.
    Merci pour ce partage :Photos et récit.
    Merci.
    Amicalement.
    Marie-Aleth

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *