sept
18

Window to the light

J’ai choisi de vous parler cette image qui à première vue donne l’impression de cacher une histoire photographique semblable aux autres mais cette fois-ci quelque chose de plus personnelle que d’habitude s’y trouve…

Il y a presque deux ans naissait mon fils Gabriel qui forcément marqua un petit coup d’arrêt dans mes sorties photo avec ma compagne Céline, cette image illustre la première sortie dans les Alpes avec elle depuis donc deux ans maintenant. Nous sommes au mois d’Août en cet été quelque peu humide, et comme tous les ans je suis en vacances à cette période. Un créneau s’ouvre à nous pour pouvoir partir 3 jours quelque part dans les Alpes. Il me fallait un endroit magnifique et inconnu pour elle, une randonnée assez facile et pas trop longue. Ce sera le Lac des Cerces, je n’y serais surement jamais allé sans cela en ce milieu de mois d’Août mais le mauvais temps annoncé devrait tenir à l’écart nombre de touristes pour cette fois ci et nous donner une tranquillité quasi assurée. C’est décidé la nuit se passera là-haut.

Il pleut beaucoup en ce milieu d’après-midi sur les environs du Galibier, aucun sommet ne dépasse de l’épais brouillard juste fendu par de grosses gouttes. La montée, comme souvent chez moi j’ai l’impression, se fera sous l’eau et presque à l’aveugle tant la visibilité est quasi nulle. Les bords du lac sont gorgées d’eau avec les nombreuses pluies estivales, impossible de rester les pieds au sec ou de ne pas s’enfoncer. Ma compagne s’attendait à une soirée humide jusqu’au bout mais mon expérience me fait savoir que ça change très souvent sur le soir en montagne et quelque chose me dit que ça sera encore le cas cette fois-ci.  Après avoir trouvé un endroit dur et sec pour la tente qui ne sera pas chose aisée du tout, que déjà un peu de soleil arrive et fait redescendre très vite l’épaisse brume pour faire apparaitre les beaux sommets qui nous entourent. Le spectacle commence, une par une les montagnes entourant le lac des Cerces se dévoilent et donne à cet endroit son éclat naturel. Impossible évidemment pour quelqu’un qui n’est jamais venu ici et qui est montée dans le brouillard de se douter de la beauté des lieux, que tant de magnifiques montagnes se trouvaient ici autour d’un seul lac. Le soleil se couche tranquillement et les nuages défilent assez vite ce qui me donne confiance pour la fin, il y aura un beau coucher et une belle lumière d’or. Un moment assez particulier pour moi car j’aime partager ces sorties et cette attente de la lumière parfois longue et au-delà de la belle image le faire avec elle, ici, après tant de temps rend cette image un peu spéciale pour moi.

J’espère partager ces lumières éphémères bientôt avec mon fils pour rendre ces choses simples des moments inoubliables…

DSC_0476-900px

Window to the light

Cet article a été écrit par Emmanuel

sept
15

Infinity

« L’Horizon souligne l’infini » nous disait Victor Hugo… C’est sans doute pour cela que j’aime me poser et le contempler. Nombreuses sont les heures passées, en montagne ou en bord de mer, à scruter cette infinité qui s’étale devant moi, à rêver devant elle…

Avec cette image, je vous emmène aujourd’hui dans les Côtes d’Armor, non loin de St Brieuc. Un petit coin de France que j’apprécie tant pour ses habitants que pour l’effet relaxant que ce territoire a sur moi. Quoi qu’on en dise, j’y ai souvent vécu, sauf à de rares exceptions, de très longues et belles journées ensoleillées. Sauf cette fois-ci. Il a plu toute la journée, et cela fait quelques jours que cela dure. Certains départements voisins même été placés en vigilance météorologique. J’ai rarement observé un ciel aussi chargé, dramatique… J’étais sur cette même plage la veille au soir, et déjà hier il m’était impossible de tenir debout tant le vent du large soufflait fort. Impossible alors de réaliser une image entre les bourrasques de vent et la pluie.

Aujourd’hui, le vent s’est un peu calmé. Il a réussi à chasser la pluie, du moins pour quelques heures. Une percée entre les nuages devenus épars, et le soleil en profite pour baigner la côte dans la lumière chaude de fin de journée. Les rochers, frappés par les flots, apparaissent un à un, à mesure que la mer se retire… Le vent souffle toujours et donne à cette ambiance une dynamique particulière dans laquelle les nuages semblent fuir vers l’horizon. Un horizon aux allures d’infini vers lequel, pensif, j’abandonne mon regard, perdu dans mes pensées et apaisé par le bruit de l’eau sur le rivage…

20131114_195247_RG84714_800px

Cet article a été écrit par Rémi

sept
12

Suivez nous…partout…

Vous le savez peut être…ou pas…mais le collectif Horizons Naturels est présent sur la toile par le biais du site que vous connaissez et que nous tentons d’améliorer pour votre confort visuel, mais aussi par le biais des réseaux sociaux comme Facebook ou encore 500px.

Régulièrement, nous sélectionnons quelques unes de nos images pour les partager avec vous…de fil en aiguille, les différents retours sur nos images nous confortent dans le fait que la Nature, qui est le noyau de notre passion, est un tronc commun porteur d’un intérêt grandissant…et ça, ça fait plaisir.

Nous prenons toujours autant plaisir à sortir pour partager avec vous notre vision…

Et oui, c’est aussi grâce à vous que nous réussissons…

Retrouvez nous sur notre page 500px en cliquant sur l’image ci dessous,

image

Cet article a été écrit par Benjamin

sept
8

Hidden Cervino

Lorsqu’on est au beau milieu de Zermatt dans le fameux Valais Suisse, difficile de ne pas prêter attention au grand symbole local et par extension au symbole Alpin : le Cervin. Du haut de ses 4478m, cette montagne emblématique en a fait rêver plus d’un et continue d’attiser la vénération à travers le monde entier. Ce « super massif » fait la frontière naturelle entre la vallée d’Aoste en Italie et la partie alémanique du canton du Valais en Suisse.

Le Cervin, Cervino en italien ou Matterhorn en allemand fait partie aussi de mes rêves d’Alpiniste débutant. De nombreuses voix sont accessibles sachant que la fameuse face nord est réservée aux meilleurs des meilleurs! La voie dite « normale » part de la cabane du Hörnli, situé à 3 260 mètres pour aboutir sur lOlympe des Alpes!

Cette journée était plongée dans les tumultes de la météo qui s’avérait être de plus en plus capricieuse. Quoi de mieux que de vivre à sa façon une superbe aventure alpine comme on les envisage lorsqu’on prépare notre randonnée la veille, dans le confort d’un beau petit chalet suisse!

Durant mon passage à Zermatt, je me suis contenté de m’en approcher au maximum durant une dernière randonnée avec plus de 1600m de dénivelé positif, où j’ai pu difficilement atteindre les 3200m d’altitude. Durant ces instants d’effort intense, j’entrevois  par la petite porte les progrès considérables que je dois encore accomplir pour tenter d’envisager une quelconque ascension du grand Cervin.

Les rêves sont faits pour être envisagés et pourquoi pas accomplis pour certains d’entre eux.

 

Hidden_Cervino

Cet article a été écrit par Fabien

sept
4

Fear of the Dark

Voilà trois jours que nous sommes dans la réserve d’Hornstrandir.
La veille, nous avons difficilement parcouru les quelques 15km qui nous séparaient de ce fjord où le bateau doit venir nous cueillir. 15km, 550m de dénivelé positif, même avec les 25km de matos sur le dos, ça n’aurait pas du être aussi difficile…Mais voilà, nous avons mis 7h30 à les parcourir. Autant dire que le bivouac était le bienvenu à l’arrivée.
C’est donc sur les rives de ce fjord que nous avons planté la tente, après avoir trouvé tant bien que mal une zone suffisamment plate, afin d’attendre ce fameux bateau qui devait arriver le lendemain à 10h, si la météo le permet.
Après une bonne nuit, nous replions tout le matos et nous nous préparons donc pour 10h.
Et nous attendons, attendons, attendons…11h, toujours pas de bateau à l’horizon. La peur qu’il n’ait pas pu appareiller commence à se faire sa petite place dans nos esprits. Impossible de savoir la météo à Ísafjörður…
11h30, nous finissons par voir un tout petit point blanc à l’horizon…serait-ce notre bateau?
1/2h passe encore et voilà enfin le zodiac qui accoste au milieu des algues. Quel soulagement, nous n’avons pas été oublié!
Alors, oui, pour les spécialistes des aventures en autonomie, 3 jours, ça n’est vraiment rien. Mais pour ma part, c’était une première. Et sur Hornstrandir, le sentiment d’être livré à soi-même est très puissant et n’a rien à voir avec ce que j’ai déjà pu vivre pendant 3 jours dans les Alpes, par ex.
Une destination qui m’a très fortement marquée et qui ne manquera pas de me revoir, mais pour une durée bien plus longue…

20140620_123354_54680

Cet article a été écrit par Alexis